Zone frontalière franco-allemande.

Publié le par SarahMoon

 

Aujourd'hui comme tous les  15 jours, je suis allée faire mes courses en allemagne. Ceci pour des raisons pratiques, économiques et gastronomiques. Il m'est en effet plus aisé de me rendre en allemagne pour faire mes courses que de me rendre dans la grande surface la plus proche ( moins loin). D'autres part beaucoup de produit son bien moins cher en allemagne enfin et surtout on y trouve certains articles inconnu en france.

 Mais la journée avait mal commencé, elle devait mal continuer. Pour commencer ma chaudière à décidé de ne plus produire d'eau chaude au moment ou j'allais me rincer. Ensuite au moment de prendre mon déjeuner en regardant des dessins animés ma télé s'est mise à produire de la neige.

 Puis le téléphone à sonné et mon sherpa  ( un copain très dévoué) à décidé d'annuler et de ne pas m'accompagner ( implication: impossible de faire des courses trop lourdes) . Après quoi j'ai eu droit à une visite cahotique des faubourgs. En effet le chauffeur s'étant trompé de route nous sommes partis nous promener  une bonne demi-heure un peu partout.

 Au total nous avons eu cinq ou si arrêt impromptues en milieu de voie, une rue remontée à contre-sens dans la file  de gauche, trois feu rouge grillés, un carrefour coupée en deux, un stops zappé, une marche arrière on ne sait trop pourquoi... Et j'ai du oublier un certain nombre d'infractions. Après quoi un passager c'est installé aux cotés du chauffeur pour lui expliquer ce qu'il devait faire.

 Et pourtant le chemin est très simple : il suffit de suivre la ligne en construction du nouveau tram. C'est une ligne blanche et rose de quatre mètres de long, difficile à rater non? Quand aux arrêts ils sont signalés  automatiquement par voix off grâce à un système de guidage. Bref nous avons finalement passé la frontière pour nous faire arrêter par des douaniers allemands.

 Le truc complètement idiot qui ne sert à rien. Les douaniers montent dans le bus bavardent avec le chauffeur, puis regardent très négligeament les cartes d'identité des passagers. En règle générale la moitié n'a pas de papiers, et moi il m'arrive de présenter tout et n'importe quoi: une carte d'étudiante, ma carte jeune, ma carte d'identité, ma carte de Restaurant universitaire, ma carte de bibliothèque, rien du tout une fois sur deux...

 De toute façon ils s'en foutent. De temps temps quand ils s'emmerdent, ils font descendre les sans-papiers du bus, et leur disent de circuler. Ce qui est stupide, car on en est quitte pour faire 50 mètres à pied  dans le sens france-allemagne et de traverser la rue dans le sens allemagne france pour prendre le bus en face. Et puis voilà. Les douaniers regardent les gens passer sans rien dire. Moi j'ai trouvé la solution pour ne pas quitter le bus en cas d'infraction. "mais non! vous voyez bien que j'ai fait mes courses." si le dounaner hésite, "et puis vous voyez bien que j'ai des surgelés!"

 N'empêche que cela m'emmerde car toutes ces histoires font perdre au moins un quart d'heure. Et j'ai eu droit au contrôle dans le sens aller et dans le sens retour.  Bref j'ai mis 3 heures pour faire des courses qui me prennent moins d'une heure en temps normale.....

 Sinon le point possitif c'est que j'ai refait mon stock de chew-gum à la canelle, de dip kase (préparation fromagère goût bacon), de jambonneau en gelé ( un truc hyper gras, hyper sucré, hyper calorique, bref j'adore), de tablette géante de chocolat "triple chocolat", et d'autre cochoncetés qui compose mon alimentation. Après avoir eu tous ces petits déboires, je contemple avec passion mon frigo bourré de nourriture.

 Est-ce que je vous avais dit que je faisais les magasins d'alimentation comme d'autres femmes font du shopping? Je vous raconterais un jour les affres que je subit lorsqu'il me faut choisir entre deux produits d'alimentation.

 

 

Publié dans Journal de bord

Commenter cet article