La Servante écarlate de Margaret ATWOOD

Publié le par SarahMoon

Couverture

 La Servante écarlate de Margaret ATWOOD

quatrième de couverture

  La servante écarlate, c'est Defred, une entreprise de salubrité publique à elle seule. En ces temps de dénatalité galopante, elle doit mettre au service de la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, son attribut le plus précieux : sa matrice. Vêtue d'écarlate, à l'exception des voiles blancs de sa cornette, elle accomplit sa tâche comme une somnambule. Doit-elle céder à la révolte, tenter de tromper le système ? Le soir, Defred regagne sa chambre à l'austérité monacale. Elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, d'échanger des confidences, de dépenser de l'argent, d'avoir un travail, un nom, des amants... C'était le temps où l'amour était au centre de tout. L'amour, cette chose si douce aujourd'hui punie de mort...

     Œuvre majeure, La Servante écarlate n'est pas sans rappeler 1984 d'Orwell. Mais, au-delà de cette magistrale création d'un monde, c'est la question du rôle et de l'avenir des femmes que pose, avec force, ce roman inoubliable.

Titre original : The Handmaid's Tale, 1985
Traduction de Sylviane RUÉ
ROBERT LAFFONT, coll. Bibliothèque Pavillons, décembre 2004
518 pages, catégorie / prix : 9,90 €, ISBN : 2-221-10376-9

Autres éditions   J'AI LU, 1990, 1997, 2005   ROBERT LAFFONT, 1987
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article